Infographie

Ce graphique ne présente pas du tout de charge de base ; la zone grise représente ici la charge moyenne et celle de pointe. Il est clair que l’Allemagne aura besoin d’un parc de générateurs très flexibles capables d’augmenter chaque jour leur production d’environ 10 à 50 gigawatts, ou davantage pour quelques heures seulement. Aujourd’hui, le pays ne possède pas la capacité de production flexible nécessaire ; et tous les projets de nouvelles centrales, compte tenu des nouvelles conditions de baisse des prix sur le marché de gros, sont en ce moment remis en question. De 2010 à 2015, les prix de gros de l’électricité sur le marché allemand de l’énergie ont chuté d'environ la moitié. Ceci s’explique principalement par la progression de l’électricité solaire : dans la mesure où la majeure partie de celle-ci est produite autour de midi, la demande de puissance de pointe à midi a été largement compensée.

Ces chiffres représentent «la création brute d’emplois», à savoir le nombre absolu d’emplois ajoutés. Une étude approfondie du marché allemand prévoit une création nette d’environ 80 000 emplois qui passerait à 100 000 – 150 000 entre 2020 et 2030. Une des raisons de l'impact positif des énergies renouvelables sur la création nette d’emplois s’explique par le fait que l’électricité renouvelable compense directement l’électricité des centrales nucléaires, secteur où très peu de personnes travaillent.

En 2002, avec l’installation supplémentaire d’environ 3,2 gigawatts, le secteur de l’éolien en Allemagne a atteint un pic. Le marché s’est stabilisé à environ 2 gigawatts de capacité annuelle supplémentaire par an pendant une décennie, ce qui équivaut à 2,5 pour cent de la demande maximale (environ 80 gigawatts).