Conclusions clés

Avec l’Energiewende, l’Allemagne vise non seulement à maintenir sa base industrielle mais à la préparer à un avenir plus vert.

Les politiques climatique et énergétique allemandes sont conçues pour maintenir une forte base industrielle à l’intérieur du pays. D’une part, l’industrie est encouragée à améliorer son efficacité énergétique, d’autre part, elle bénéficie de dérogations aux règlementations (certaines étant, sans doute, trop généreuses) en vue d’alléger les charges qui pèsent sur elle. Contrairement aux idées reçues, les renouvelables ont transformé l’Allemagne en un endroit attrayant pour les industries intensives en énergie. Entre 2010 et 2013, les prix ont chuté de 32 pour cent sur les marchés de gros de l’électricité. À la mi-2017, les prix ont atteint trois centimes d’euro par kWh, voire en dessous. Une électricité moins chère implique une réduction des dépenses de l’entreprise. Les industries de l’acier, du verre et du ciment bénéficient de cette baisse des prix de l’énergie. Les bénéfices de la transition énergétique s’étendent bien au-delà du temps présent. La demande de panneaux solaires, de turbines éoliennes, de biomasse et de centrales hydroélectriques, de systèmes de batterie et de stockage, d’équipement de réseau intelligent, de technologies permettant l’efficacité énergétique ne cessera de croître. L’Allemagne veut profiter de la première place et développer ces technologies d’ingénierie « Made in Germany » à forte valeur ajoutée. La priorité sur les renouvelables et les économies d’énergie dans les investissements des entreprises fait partie de cette approche tournée vers l’avenir. Quand le monde passera aux renouvelables, les firmes allemandes seront en bonne position pour fournir à ces marchés des technologies de haute qualité, un savoir-faire, une expérience et des services.