La technologie comme solution clé

Numérisation

La loi relative à la numérisation adoptée en 2016 oblige les clients ayant une consommation annuelle d’électricité de plus de 6 000 kWh (un foyer moyen consomme près de 3 500 kWh / an) à installer des compteurs intelligents. À ce niveau, le coût est plafonné à 100 euros, de crainte que l’investissement ne soit pas amorti. Il faut savoir que la plupart de ces systèmes relèvent de la sphère commerciale, non résidentielle. Les clients ayant une consommation annuelle d’électricité de plus de 100 000 kWh doivent installer les compteurs dès 2017, tandis que les plus petits consommateurs auront, quant à eux, jusqu’à 2020 pour le faire. La directive européenne relative à l’efficacité énergétique stipule, par ailleurs, qu’au moins 80 % des consommateurs devront être équipés de systèmes intelligents de mesure d’ici à 2020.

Si la numérisation revêt une si grande importance dans le secteur de l’électricité, c’est principalement pour deux raisons : le déplacement des charges et la répartition des ventes d’énergie. Pour ce qui est de la répartition des ventes d’énergie, l’idée est que tout un chacun soit capable de vendre de l’électricité à n’importe qui. Une maison dont le toit est équipé de panneaux solaires produit de l’électricité en continu, qui n’est pas utilisée lorsque les propriétaires partent travailler. Ils pourraient, par exemple, la vendre à leurs voisins ou à des entreprises voisines. Le registre comptable pourrait être assuré au moyen d’une chaîne de blocs (ou blockchain), la technologie qui est derrière le protocole Bitcoin.

En 2017, le gouvernement allemand a adopté la loi relative à l’autoconsommation collective d'électricité : un premier pas vers la vente d’énergie. Elle autorise les propriétaires d’un bâtiment résidentiel à vendre l’électricité produite à leurs locataires ; la loi couvre une capacité annuelle supplémentaire de 500 MW. Pour le moment, l’électricité ne peut toutefois pas encore être vendue d’un bâtiment à un autre. L’objectif de cette loi est de permettre aux personnes non-propriétaires de pouvoir tout de même participer à l’Energiewende, d’autant plus que les projets des collectivités supérieurs à 750 kW doivent désormais être soumis aux enchères. Par le passé, tout le monde pouvait profiter des panneaux solaires, que les personnes soient propriétaires de leur bien ou non. Cette option existe toujours, mais les projets supérieurs à 750 kW doivent remporter une enchère.

Pour ce qui est du déplacement des charges, la numérisation jouera un rôle crucial. Les signaux devront en effet être envoyés à divers appareils qui indiqueront en temps réel si l’électricité peut être consommée ou non. À titre d’exemple, une personne utilisant un véhicule électrique souhaitera peut-être recharger sa batterie le soir, en rentrant du travail. Si tout le monde en fait de même au même moment, la consommation d’énergie grimpera en flèche au moment de la journée où les réseaux sont déjà les plus sollicités. L’utilisation de signaux permettra aux usagers de recharger leur véhicule durant la nuit, lorsque l’électricité est disponible en quantité suffisante. En d’autres termes, la numérisation renforcera l’efficacité du secteur de l’électricité.