Pourquoi l’Energiewende

Renforcer les économies locales et instaurer la justice sociale

L’appropriation citoyenne des énergies renouvelables offre de grands avantages économiques aux communautés qui investissent. À long terme, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables fournissent aux démunis une énergie plus abordable que celle qui est issue du carburant conventionnel.

Les effets économiques des projets financés par les collectivités locales sont beaucoup plus favorables que lorsque que ces projets sont financés par des grandes entreprises sana ancrage local. Bien que la propriété collective a été développée en Allemagne, elle doit faire face à des obstacles considérables. Depuis 2014, le gouvernement allemand s’est plus largement orienté vers l’éolien offshore, qui est en grande partie entre les mains d’opérateurs en place et non des collectivités. Il est fort probable que le changement d’orientation politique consistant à abandonner les tarifs de rachat au profit des enchères, continue à décourager les projets portés par les collectivités. En effet, les grosses entreprises peuvent se permettre d’enchérir plusieurs fois et ainsi mieux rebondir après des offres perdues. De leur côté, les coopératives produisant de l’énergie débutent souvent par un projet unique ; si cette enchère est perdue, il est probable qu’elles ne participeront pas à des enchères ultérieures faute de moyens.

Il faut se placer d’un point de vue macro-économique : si vous importez du fuel pour chauffer votre maison, par exemple, l’argent quitte le pays ; mais si vous installez des capteurs solaires à eau chaude pour couvrir une partie de votre demande de chaleur, l’énergie est gratuite et une plus grande partie de vos dépenses énergétiques bénéficient à votre pays, voire même à votre communauté. Les bénéfices de vos investissements vous reviendront de manière indirecte, notamment par le biais des investissements publics dans les infrastructures (les écoles, les routes, la recherche, etc.). Un certain nombre d’estimations existent pour des programmes spécifiques en Allemagne. La Banque de développement allemande KfW, par exemple, concentre un grand nombre de fonds publics en faveur des énergies renouvelables. Il a été estimé que son programme de rénovation de constructions produit trois à cinq euros de recettes fiscales pour chaque euro public investi. Et ces rénovations permettent non seulement de réduire les importations de fuel et de gaz naturel, mais protègent et créent également beaucoup d’emplois dans le secteur de la construction.

Un autre effet secondaire positif de la valeur ajoutée locale est une meilleure acceptation du changement. Si le parc éolien est en partie financé par la collectivité, le phénomène de rejet dit NIMBY ("Not in my backyard", Pas dans mon jardin) est plus faible que si un investisseur anonyme se cachait derrière le projet. Des centaines de coopératives d’énergie ont vu le jour en Allemagne au sein desquelles les citoyens se réunissent pour investir collectivement dans les énergies renouvelables et, de plus en plus, dans l’efficacité énergétique. En plus des nombreux projets de centrales électriques, on procède aussi à l’achat de réseaux électriques locaux auprès des grands gestionnaires de réseau de sorte que les collectivités puissent contrôler davantage leurs propres réseaux.

Les régions et les municipalités allemandes découvrent les opportunités économiques qu’offrent les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, en particulier pour les collectivités qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment au cours de l’année.

Protéger les démunis

Un autre aspect important de la transition énergétique est la justice sociale. L’efficacité énergétique contribue non seulement à promouvoir la valeur ajoutée nationale, mais aussi à réduire la précarité énergétique. Face à l’augmentation des prix de détail de l’énergie en Allemagne, la précarité énergétique est devenue un problème de premier plan. Pourtant, les tarifs de détail moyens de l’énergie sont à la hausse en Allemagne, et ce, parce que les petits consommateurs interfinancent les industries qui consomment beaucoup d’énergie, lesquelles sont exonérées de surtaxes, d’impôts ou d’autres frais associés. De plus, l’Allemagne doit prendre en charge les coûts hérités des vieux appareils solaires, qui sont très élevés. De 2002 à 2012, l’Allemagne a installé environ la moitié de sa capacité solaire actuelle, à des prix plusieurs fois supérieurs à ceux d’aujourd'hui. Les tarifs de rachat de l’électricité sur ces réseaux sont payables pendant 20 ans, cette énergie solaire coûteuse sera donc à la charge du consommateur jusqu’au début des années 2030. Pour l’avenir toutefois, les énergies renouvelables représentent clairement l’option énergétique la moins chère.

Les ménages à faible revenu sont les plus affectés par la hausse des prix de l’énergie. Ils consacrent en moyenne une plus grande partie de leur revenu aux besoins énergétiques et sont sans doute les moins aptes à pouvoir investir dans l’efficacité énergétique comme les rénovations, des appareils efficaces ou des véhicules plus économes en carburant. Le moyen le plus effectif de lutter contre la précarité énergétique est la mise en œuvre à grande échelle de mesures d’efficacité énergétique. Cela inclut notamment la rénovation pour les ménages à faible revenu, afin de réduire la demande énergétique.

Dans le cadre de l’Energiewende, le gouvernement allemand soutient actuellement un projet national d’ « audits énergétiques ». L’objectif est d’aider les citoyens, y compris les bénéficiaires d’une aide sociale, à sécuriser l’accès à l’électricité, le chauffage et l’eau. Les appareillages permettant de réduire la consommation en énergie et eau, comme les ampoules fluorescentes compactes, les barrettes d’alimentation avec interrupteurs et les pommeaux de douches hydro économiques sont par ailleurs fournis. Ces audits énergétiques illustrent bien le potentiel de l’Energiewende de promouvoir des concepts de coopération innovants.