Des politiques en faveur d’une énergie propre

La loi sur la cogénération

L'objectif allemand en termes de cogénération – technique plus efficace que la production séparée de chaleur et d’électricité – est d'atteindre une part de 25 pour cent de son approvisionnement énergétique d'ici 2020. La loi sur la cogénération distribue des primes à la cogénération en fonction de la taille du système, indépendamment des matières premières.

L’Allemagne n’a jamais proposé de tarifs de rachat pour la chaleur renouvelable, alors que, comme pour l’électricité, on peut compter les kilowattheures de chaleur. Elle a adopté en 2002, la loi sur la cogénération.

On parle de cogénération quand une partie de la chaleur perdue dans la production d’électricité est récupérée, ce qui augmente le rendement global du carburant consommé. Lors de l’entrée en vigueur des premiers amendements en 2009, l’objectif de l’Allemagne était que 25 pour cent de son approvisionnement électrique proviennent de centrales de cogénération en 2020 (par rapport à 14,5 pour cent en 2010). La chaleur étant beaucoup plus facilement et plus efficacement stockée que l’électricité, on pouvait renforcer la production de ces centrales afin d’anticiper la demande et stocker la chaleur pour plus tard.

La question de savoir si l’exploitation des centrales de cogénération doit se baser sur la demande d’électricité, par opposition à celle de chaleur, fait néanmoins débat en Allemagne. L’argument invoqué par les opposants à la politique actuelle est que les systèmes de chauffage d’appoint utilisés pour couvrir les pointes de demande, en cas de pénurie de la production de chaleur, ne seraient pas assez performants, ce qui peut aggraver l’efficacité globale. Il reste néanmoins clair que la cogénération est beaucoup plus efficace que la production séparée d’électricité et de chaleur. L’organisation allemande d’économies de l’énergie ASUE, situe l’efficacité potentielle totale de la cogénération à 87 pour cent, contre 55 pour cent seulement pour la production séparée d’électricité et de chaleur.

Chaque kilowattheure d’électricité produit par la centrale de cogénération bénéficie d’un bonus fixé par la loi et d’un accès prioritaire au réseau. Fait intéressant, la chaleur produite ne bénéficie pas d’un paiement spécial ; l’incitation prend la forme d’un bonus pour l’électricité produite. En outre, la seule exigence d’efficacité est une baisse de 10 pour cent de la consommation d’énergie primaire de la centrale de cogénération, par rapport à la production d’une même quantité de chaleur et d’électricité à partir de générateurs séparés.

La loi sur la cogénération de 2017 a instauré deux changements principaux : d’une part, le bonus est revu à la hausse, passant de 5,41 à 8 centimes d’euros par kWh pour les petites unités de cogénération; ce montant est payé en plus du prix de gros moyen de base de l’électricité négocié à la bourse européenne de l’énergie EEX (European Energy Exchange), également appelé « cogen index », ou indice de cogénération. D’autre part, la durée a été modifiée pour passer de 10 ans à 60 000 heures de fonctionnement.