Des politiques en faveur d’une énergie propre

Loi sur l’accélération de l’extension du réseau électrique

La transition énergétique nécessite des réseaux électriques étendus et adaptés afin qu’ils puissent intégrer plus d’énergies renouvelables. Aucun n’ayant progressé suffisamment vite, le Parlement allemand a voté la loi sur l’accélération de l’extension du réseau. Mais sans accord sur l’évaluation des besoins et leur localisation. Les projets officiels existent mais plusieurs d'entre eux restent contestés.

L’Energiewende exige le bon fonctionnement de l’infrastructure; le réseau doit donc être adapté et réalisé de manière plus judicieuse. La conception du réseau actuel est le transport de l’électricité des centrales jusqu’aux consommateurs, mais celui du futur sera beaucoup plus complexe.

Même si les grandes centrales continuent d’exporter de l’énergie via le réseau de transport, celui-ci doit malgré tout être modifié de façon à pouvoir acheminer l’énergie éolienne (aussi bien terrestre que maritime) en provenance du Nord, vers les centres urbains de l’Ouest et du Sud. Ces lignes seront également utilisées pour le commerce de l’énergie. Un petit nombre de producteurs disséminés – panneaux solaires, unités de cogénération, éoliennes individuelles et petits parcs d’éoliennes – seront raccordés en basse et moyenne tensions, et des contrôles spéciaux assureront le bon fonctionnement de l’ensemble. Le réseau sera plus intelligent.

L’extension du réseau n’a jusqu’à présent pas progressé suffisamment vite. Un quart seulement des 1 800 kilomètres de nouvelles lignes planifiés avait été achevé mi-2015. Les lignes reliées aux éoliennes en mer sont particulièrement cruciales. La connexion au réseau n’étant pas assurée, il était difficile depuis un certain temps, de savoir qui assumerait la responsabilité financière de l’installation d’éoliennes offshore. Durant l’été 2012, le gouvernement allemand est parvenu à concilier les intérêts des investisseurs de fermes d’éoliennes et ceux des exploitants de réseaux, en proposant que les premiers soient indemnisés ultérieurement – mais que les coûts soient répercutés sur les consommateurs. Ce compromis pour l’énergie éolienne a mis en place deux poids, deux mesures. Les propriétaires de petits parcs éoliens doivent payer leur connexion à la centrale de transformation d’énergie la plus proche, et dans le cas où une éventuelle augmentation de capacité après transformation n’est pas exécutée dans les temps, ils ne perçoivent aucune indemnité de la part des exploitants de réseaux. Les anciennes filiales des quatre grandes entreprises publiques allemandes, qui n’ont pas toujours soutenu les petits propriétaires de parcs éoliens, bénéficient, elles, d’un traitement particulier pour leurs raccordements. Le secteur de l’énergie éolienne terrestre, composé majoritairement de projets municipaux et de petites et moyennes entreprises est donc mécontent.

En 2011, le Parlement allemand a voté la Loi sur l’accélération de l’extension du réseau (NABEG). Celle-ci exige un bilan des lignes à très haute tension à l’Agence allemande des réseaux et fait de l’enfouissement des lignes à haute tension (110 kilovolt) la règle. La participation du public et la transparence doivent par ailleurs être renforcées dès le début du processus de planification afin d’accroître l’acceptation de la population. En 2014, deux versions du plan de développement du réseau ont acté la nécessité de créer un « plan fédéral des besoins » qui deviendrait une loi. L’objectif n’est pas seulement d’étendre les réseaux existants, mais d’en augmenter la capacité et de les optimiser. Pour transporter de plus grandes quantités d’électricité, il est possible d'utiliser des lignes électriques à haute résistance thermique sans avoir à installer des lignes supplémentaires. Une surveillance des températures permettrait d’utiliser ces lignes électriques au maximum de leur capacité quand le vent les refroidit – ce qui se passe aussi quand il y a aussi beaucoup d’énergie éolienne. Une loi spéciale est venue en soutien du NABEG pour promouvoir l'utilisation les câbles souterrains, notamment pour les lignes à haute tension qui transportent le courant continu sur les longues distances.