Histoire de l’Energiewende

Wyhl – la centrale nucléaire qui n’a jamais existé

L’Energiewende trouve donc son origine dans le mouvement anti-nucléaire des années 1970. Le succès durable de cette contestation au cours des dernières décennies réside dans son aspect fédérateur ; défenseurs de l’environnement et conservateurs ont travaillé ensemble dès le début.

Le mouvement de l'Energiewende est né de la mobilisation contre l'énergie nucléaire dans les années 1970. En 1973, est annoncé le projet de construction d’une centrale nucléaire à Wyhl, village situé dans la région viticole de Kaiserstuhl à proximité de la frontière française. Ce projet suscita un mouvement de résistance puissant et durable dans toutes les couches de la population. Des étudiants de la ville de Fribourg, toute proche, unirent leurs forces aux viticulteurs de Kaiserstuhl et aux scientifiques comme Florentin Krause, auteur de l’Energiewende.

En 1983, suite à ces protestations incessantes, le gouverneur de la région du Bade-Wurtemberg déclare le projet de Wyhl « non urgent », repoussant ainsi le projet de centrale à une date indéterminée. Le succès du mouvement a donné la preuve, à travers l’Allemagne et l’Europe qu'il était possible d'empêcher la construction de centrales nucléaires. Pendant les années 1980, un certain nombre de groupes locaux prônant la transition énergétique se créèrent partout en Allemagne, comme autant de signes de la volonté de la population d’agir localement.

Le mouvement anti-nucléaire est une des raisons de la création du parti des Verts allemands. Dans les années 1980, les Verts ont commencé à recueillir régulièrement plus de 5 pour cent des voix, seuil limite exigé pour l’entrée au Parlement.