Questions & Réponses

Pourquoi les objectifs de réduction d’émission de carbone ne suffisent-ils pas ?

L’Allemagne veut simultanément lutter contre le changement climatique et réduire le risque de l’énergie nucléaire. L’énergie nucléaire est rejetée à cause du risque, des coûts et du problème irrésolu des déchets. En outre, il n’y a pas d’argument économique qui lui soit favorable pour qu’elle joue un rôle majeur dans l’approvisionnement énergétique du monde.

L’Allemagne a pour objectif de lutter contre le changement climatique, de sortir progressivement du nucléaire et de passer à un approvisionnement fiable et abordable en énergie propre. Les objectifs en matière de climat et d’échanges de quotas d’émission contribuent à une partie seulement de ces objectifs, raison pour laquelle le gouvernement allemand mène une stratégie climatique et énergétique globale sur le long terme avec des politiques traitant différents secteurs et technologies.

Si l’échange de quotas d’émission est un outil important, il ne permettra pas aux Allemands d’atteindre leur objectif. Par exemple, le mécanisme principal des échanges de quotas d’émission est le coût. Les actions sont donc privilégiées en fonction des calculs coûts/bénéfices, avec comme résultat le choix de projets moins onéreux. Il en résulte involontairement qu’aucune action utile ne peut être accomplie à moins d’être considérée comme l’option la moins coûteuse par un investisseur. En ce qui concerne les renouvelables, c’est l’énergie éolienne terrestre qui l’emporte pratiquement toujours. Les échanges de quotas d’émission ne sont donc pas le moyen de développer tous les types de renouvelables.

L’objectif pour l’Allemagne est de réduire la consommation d’énergie à un niveau que peuvent couvrir les renouvelables, tout en garantissant un niveau de vie matériel toujours plus élevé. Quand bien même la question « Quand l’énergie solaire sera-t-elle compétitive par rapport au charbon ou au nucléaire ? » reste d’actualité, ni le solaire, ni l’éolien ou tout autre source d’énergie renouvelable ne peuvent chacun remplacer l’énergie traditionnelle – seul un mix de renouvelables en est capable. Le système d’échange de quotas d’émission ne soutenant que les options les moins coûteuses, il ne peut produire ce mélange et ne suffit pas aux objectifs allemands. Les décideurs politiques du pays sont convaincus de la nécessité de politiques permettant de renforcer progressivement l’efficacité, grâce aux nouvelles technologies (ce que fait l’échange de quotas d’émission) ainsi que de politiques promouvant l’innovation de technologies au départ plus coûteuses, mais qui pourraient devenir compétitives à long terme (ce que font les tarifs de rachat).